Rechercher

Les 7 peurs inhérentes à l'être humain

Dernière mise à jour : 24 févr.


L'être humain est confronté régulièrement à sept peurs primaires qui peuvent le scléroser voire empêcher l'action.





1. LA PEUR D'ENFREINDRE LA MORALE ET L'ETHIQUE D'UNE AUTORITE


Sans s'en rendre réellement compte, l'être humain donne du pouvoir à des autorités qu'il juge supérieures à lui-même. Ceci prend sa source dans le schéma éducationnel/sociétal "classique" qui demande à l'enfant l'obéissance à l'adulte. A force d'obéir le petit va progressivement perdre son pouvoir personnel, la connexion à ses propres besoins, et va chercher de manière inconsciente une fois adulte des structures (travail/couple/famille etc...) qui entretiennent ce mode de fonctionnement.

Derrière ce mécanisme se cache une peur ancestrale liée à la peur d'être rejeté qui fait écho au besoin d'appartenance (faisant partie de la pyramide de Maslow).

Albert Einstein à dit : « Mon mépris pour l’autorité est ce qui m’a fait en devenir une ! Je ne suis l’ombre de personne mais je suis sur les épaules de grands géants ».



2. LA PEUR DE NE PAS ETRE ASSEZ INTELLIGENT


Dans le système dans lequel nous vivons si vous n’avez pas de diplôme(s), il est induit que vous n’êtes pas assez intelligent, créatif ou imaginatif, mais en réalité vous l’êtes !

Et pourtant la plupart des personnes qui ont su construire des empires n'ont que rarement eu des diplômes : elles ont plutôt eu recours au bon sens et à une grande intelligence émotionnelle nécessaire pour fédérer.

Cette légitimité intrinsèque nous l'avons tous. Elle se trouve essentiellement dans ce que nous nous croyons capable de réaliser, et l'image que nous avons de nous-même.

Mais parfois la peur de ne pas être assez intelligent ou créatif peut nous immobiliser, nous tromper sur nos capacités réelles (syndrome de l'imposteur) et peut nous empêcher de prendre les décisions qui nous inspirent.



3. LA PEUR DE L'ECHEC


Nous sommes tous passés à un moment de notre vie par la peur que nos efforts n’aboutissent pas. Ce qui nous sclérose le plus, c'est la peur de toucher au sentiment d'inutilité, et ceci fait écho au besoin d'appartenance, si important pour la survie de l'être humain.

En réalité il n'existe que les résultats. Toute forme d'échec correspond à une perception erronée de la réalité. Derrière chaque échec se cache une expérience, un apprentissage, une occasion de croissance que nous pouvons voir en modifiant nos perceptions de la situation.

Remémorez vous les échecs de votre vie et listez les bénéfices que ceux-ci ont eu dans votre vie !



4. LA PEUR D'ETRE A COURT D'ARGENT


La peur d’être à court d’argent, de perdre ou ne pas gagner assez d’argent, peut nous paralyser, nous laisser nous embourber dans un travail qui ne nous inspire pas. Les gens qui ne font pas ce qu’ils aiment et n’aiment pas ce qu’ils font, se réjouissent le vendredi car la semaine est finie.

Cette peur peut ainsi nous empêcher de réaliser ce pourquoi nous sommes faits intrinsèquement, et nous rendre malheureux de travailler pour un projet qui n'est pas le notre.

Pour la personne qui découvre ce qu’elle aime faire et crée un plan d’actions pour le faire, chaque jour est un jour de gratitude.

Si nous avons trouvé notre VOIE et que nous sommes passionné par ce que nous faisons, nous en deviendrons forcément un expert, et les personnes paient cher pour s'entourer d'experts !



5. LA PEUR DE PERDRE DES ETRES CHERS


La peur de perdre les êtres qui nous sont chers, ou la peur de ce que peut penser la famille des décisions que nous prenons pour notre vie, peut empêcher un être humain de se réaliser profondément. C'est ce qu'on appelle le contrat de loyauté. Cette peur d'être désaimé par son clan peut réactiver des peurs ancestrales d'abandon ou de rejet.

Si vous vous arrêtez un moment et que vous regardez bien dans votre vie, vous verrez que quelqu'un (ou plusieurs personnes) dans votre sphère familiale proche est votre opposé. Votre frère ou votre sœur fait tout ce que vous valorisez le moins. Ce qui est moins important dans l’échelle de vos valeurs est le plus important dans la leur. Aussi se lancer dans quelque chose qui nous éloigne des autres (système de valeurs) mais qui nous rapproche de nous-même, peut s'avérer difficile car la peur de perdre ceux qu'on aime peut nous paralyser.



6. LA PEUR D'ETRE REJETE


La peur d’être rejeté de quelqu'un que vous estimez ou à qui vous donnez du pouvoir, fait aussi partie des grands défis que l'être humain peut rencontrer. Elle correspond à une peur archaïque toujours présente dans notre subconscient, qui nous rappelle que si nous sommes exclu d'un groupe (besoin d'appartenance) nous pouvons mourir. En effet il y a bien longtemps lorsque les Hommes vivaient en groupe, en communauté, l'exclusion de l'un d'eux signifiait la mort de ce dernier. Une très grande majorité de personnes préfèrent renoncer de manière consciente ou non à réaliser leurs profondes aspirations plutôt que de prendre le risque de déplaire à leur parents ou à leurs pairs. L’exclusion de leur communauté, de leur couple ou du milieu professionnel est omniprésente et conditionne chaque décision. A chaque fois que le besoin de plaire sera plus important que celui de s’honorer, il entraine un désamour envers soi.



7. LA PEUR DE NE PAS ETRE EN SANTE... D'ETRE TROP VIEUX


La peur de ne pas être en santé, suffisamment plein de vie, jeune, beau, mince etc... sont des croyances qui sclérosent l'être humain.

La grande réalité est que ce n'est pas les autres qui créent notre réalité, mais notre conception de nous même qui se reflète dans le regard que les autres portent sur nous.

Plus vous vous valorisez, plus le monde vous valorisera, plus vous investirez en vous-même, plus le monde investira en vous, plus vous vous verrez comme un génie, plus le monde vous reconnaitra en génie, plus vous vous autoriserez à faire des choses extraordinaires, plus extraordinaire vous serez perçu dans le monde. Nous rendons service au monde en brillant plutôt qu’en se rétrécissant. Le dernier jour de votre vie vous vous demanderez « Est-ce que j’ai fait tout mon possible avec tout ce qu’on m’a donné ? »

Vous voulez pouvoir dire « oui, j’ai fait de mon mieux ».


Lien vers le séminaire "dépasser ses peurs" (21-22 mai 2022)


17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout