top of page
Rechercher

Sortir du système punition-récompense

Dernière mise à jour : 26 févr. 2022

Depuis des milliers d’années nous vivons avec cette pensée folle qu’il existe des personnes qui font le bien et d’autres qui font le mal. Cette façon de voir le monde a engendré beaucoup de guerres, et parfois des conflits mondiaux.

Lorsque l’enfant nait, il n’arrive avec aucune prédisposition criminelle et n’est pas teinté de pensées malveillantes, il nait vierge de toute forme de concept, et va forger son esprit au contact de ses semblables. Il va comprendre petit à petit qu’il est distinct de son environnement et va vite intégrer que sa survie dépend des adultes qui l’entourent. Il va donc petit à petit se conformer à ce qu’on attend de lui. S’il répond aux besoins de ses parents et de la société il y a de fortes probabilités qu’il soit récompensé, à l’inverse il y a des chances qu’il soit puni.


Le système punitif consiste comme son nom l’indique à punir quelqu’un qui ne suit pas une norme, un ordre établi, ou qui ne répond pas au besoin d’un autre. On lui fait alors sentir que la manière dont il pense ou il agit n’est pas correcte et qu’il doit souffrir pour cela. Si l’enfant baigne dans un environnement comme celui là, il y a des chances qu'il fasse ensuite la même chose auprès de ses semblables. En effet Lorsqu’il sera adulte et lorsqu’il aura suffisamment d’ascendant sur quelqu’un alors il pourra faire usage de son pouvoir punitif, afin que les autres se plient à ses propres besoins.



L’idée même de penser qu’en faisant souffrir d’autres êtres humains ceci est source de bonheur représente une forte dissonance cognitive. Pourquoi ? car l’être humain est un être qui aime avant tout contribuer et prendre soin des autres, comme le confirment les dernières études en neurosciences.

Le système de récompense fonctionne exactement de la même façon que le mode punitif… dans l’autre sens. Si nous proposons « une carotte » à l’enfant pour orienter ses comportements, cela le déresponsabilise complètement de ses actions. Il va donc suivre les besoins des autres, et se couper progressivement des siens, et de son élan de vie naturel. Une fois adulte il aura tendance à attendre de l’extérieur une récompense, ou une forme d’attention pour diligenter ses actions. Il aura perdu au fur à et mesure son propre pouvoir personnel.

Le plus compliqué lorsqu’en tant que parent nous voulons sortir du mode punition/récompense – et que nous avons nous même reçu ce mode éducatif de nos propres parents -, c’est la puissance des mécanismes inconscients qui gouvernent nos comportements. Aussi sans nous en rendre compte nous aurons tendance à reproduire le schéma familial (car n’oublions pas que nous sommes dirigés par 95% d’inconscient).

Le meilleur conseil pour faire autrement est déjà de s’auto-observer, et d’accueillir avec bienveillance nos propres émotions (cf formation sur l’auto-empathie). La deuxième chose est de verbaliser le plus authentiquement possible à nos enfants notre intention de bien faire et de prendre soin d’eux tout en avouant que nous touchons parfois à nos propres limites. La troisième recommandation est de se mettre à la place de l’enfant : « Aimerions nous vivre ce que nous sommes en train de lui faire vivre ? » « Quelles seront les conséquences de cet acte dans sa vie de futur adulte (ex système récompense) ? » « Qu’apprend-il avec ce qu’il vit actuellement ? Est ce source d’apprentissage pour lui ? ».

Enfin si nous avons des réactions émotionnelles qui nous empêchent de vivre dans ce nouveau paradigme, un professionnel dans l’accompagnement individuel peut nous y aider.

Si cet article a résonné en vous et que vous souhaitez nous rejoindre à la prochaine formation, cliquez ici.



294 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page